L'information

Au volant de l'aphasie, quelles sont ses principales caractéristiques?

Au volant de l'aphasie, quelles sont ses principales caractéristiques?

Les aphasies sont des états pathologiques dans lesquels le langage est modifié à la suite d'une lésion cérébrale. C'est l'une des pathologies les plus étudiées au niveau cérébral. Cependant, concernant l'aphasie de la conduite, il reste encore beaucoup à découvrir.

La L'aphasie de Broca et la L'aphasie de Wernicke Ils sont les plus populaires et les plus fréquents, et peut-être les plus recherchés. Tout au long de l'article, nous discuterons des caractéristiques de l'aphasie au volant et nous verrons comment il existe encore un débat sur les zones affectées au niveau du cerveau.

Le contenu

  • 1 Introduction à la conduite aphasique
  • 2 Tableau des modifications de l'aphasie au volant
  • 3 Neuroanatomie de l'aphasie de conduction
  • 4 Évaluation et intervention

Introduction à l'aphasie au volant

L'aphasie au volant est l'une des aphasies les moins fréquentes. Selon Pedersen (2004), elle affecte 6-7% de la population par rapport au reste des aphasies. Dans ce type d'aphasie la compréhension est préservée mais la répétabilité est altérée. Vous pouvez également voir un langage courant mais avec présence fréquente de paraphases phonétiques. Une paraphasie consiste à remplacer involontairement des syllabes ou des mots derrière. Par exemple, au lieu de dire «ciseaux», le patient pourrait dire «isères».

"L'aphasie est un trouble du langage acquis à la suite d'une lésion cérébrale, qui compromet généralement toutes ses modalités: expression et compréhension du langage oral, compréhension écrite et écrite".

-Gonzalez et Hornauer-Hughes-

Les patients en sont conscients. parafasias la phonétique et eux-mêmes essaient de se corriger, ce qu'on appelle comportement d'approche ou viser un comportement. En suivant l'exemple précédent: "bise ... tise ... tiselas ... ciseaux!" (Arnedo, Bembibre et Triviño, 2013).

González et Hornauer-Hughes (2014) déclarent que "L'aphasie peut être causée par l'une des causes suivantes: accident vasculaire cérébral (AVC), lésion cérébrale traumatique (ECT), tumeur (UT), infections et maladies neurodégénératives".

Tableau des modifications de l'aphasie au volant

Voici un tableau récapitulatif des principales modifications de l'aphasie motrice (Arnedo, Bembibre et Triviño, 2013):

Langage expressif

  • Langage conversationnel - Fluide mais avec présence de paraphasies.
  • Dénomination - modifié
  • Répétition- Très bouleversé
  • Lecture à voix haute - modifié
  • Écriture - modifié

Langage réceptif

  • Compréhension à l'audition - Conservé
  • Compréhension écrite - Conservé

Système sensoriel

  • La sensibilité - modifié
  • Hémianopie - absent
  • Agnosie - absent

Système moteur

  • Hémiparésie - Absent ou léger
  • Dysarthrie - absent
  • Dysphagie - absent
  • Apraxie - Idéomotive

Neuroanatomie de l'aphasie au volant

La recherche scientifique est toujours à la recherche des blessures spécifiques causées par l'aphasie au volant. La théorie avec plus de poids est une déconnexion entre la zone de Broca et la zone de Wernicke à cause d'un lésion du fascicule arqué. Cependant, il est toujours en plein développement.

"Le rôle du fascicule arqué peut être sensiblement plus complexe que la simple transmission d'informations entre les régions de Wernicke et de Broca."

-Matsumoto-

La principale controverse à propos de cette théorie est qu’il n’a pas encore été publié de cas d’aphasie au volant avec dommages fascicule d'arc, mais des cas avec une telle blessure ont été décrits sans symptômes d'aphasie.

Cependant, Catani et Mesulam (2008) affirment qu'il existe de plus en plus de données sur l'appartenance du fascicule arqué au fascicule longitudinal supérieur. De cette façon, cela impliquerait non seulement le fascicule arqué mais aussi les structures adjacentes. Le fascicule longitudinal supérieur est composé de trois segments périsilviens:

  • Faisceau inférieur ou segment direct. C'est le fascicule arqué. Il rejoint la zone postérieure du gyrus temporal supérieur (zone de Wernicke) avec le gyrus frontal intérieur (zone de Broca).
  • Faisceau horizontal supérieur ou segment indirect antérieur. Unir les cortex pariétal inférieur avec l'opercule frontal, avec le gyri pré-dentaire et frontal inférieur.
  • Faisceau postérieur ou segment indirect postérieur. Il rejoint le gyrus temporal supérieur (région de Wernicke) avec le cortex pariétal inférieur.

Une autre étude ultérieure de Bernal et Ardila (2009) semble indiquer que le fascicule arqué se connecte directement aux zones prémotrices mais indirectement à la zone de Broca à travers le cortex prémoteur (impliqué dans la programmation linguistique).

Malgré toutes les recherches en cours pour clarifier les zones spécifiques impliquées dans la conduite de l'aphasie, il ne fait aucun doute que le fascicule arqué est une structure importante dans cette pathologie.

Évaluation et intervention

Évaluation

Après avoir mené l'entretien initial, l'équipe Aguilar (2010) met en évidence l'utilisation de "un protocole d'évaluation composé des sous-tests d'orientation, de langage, de mémoire verbale, de praxies et de gnosias du programme intégré d'exploration neuropsychologique de Barcelone ".

Intervention

L'objectif principal est d'essayer de restaurer la parole fonctionnelle. Dans ce cas, ils sont utilisés techniques de remplacement et de restauration.

Techniques de remplacement

L'objectif de ces techniques est de améliorer les compétences linguistiques conservées. Dans le même temps, toute forme de communication éventuellement présente est également travaillée. Le thérapeute doit également apprendre à l'environnement du patient à communiquer correctement et convenablement avec lui. L'un des objectifs les plus importants est d'impliquer la famille dans la thérapie. Cela aide le patient à améliorer la communication.

Sont également utilisés stimuli familiaux (les informations avec lesquelles le patient a été en contact tout au long de sa vie) et stimuli fonctionnels Ils sont utiles pour communiquer les besoins les plus élémentaires.

Techniques de restauration

Parmi les techniques de restauration, vous pouvez trouver celles qui correspondent aux compression et expression du langage ainsi que d'autres types d'expression. Tant dans la compréhension que dans l'expression de la langue, on travaille au niveau phonologique, lexico-sémantique et syntaxique.

Compréhension de la langue
  • Niveau phonologique Travail sur la discrimination des phonèmes et des paires de mots minimum.
  • Niveau lexical-sémantique. La discrimination des mots fonctionne.
  • Niveau syntaxique Discrimination de la fonction des mots et du contenu des mots. Suivi des commandes, ainsi que des tâches pour répondre oui ou non.
Expression linguistique
  • Niveau phonologique Combinaison de syllabes et de phonèmes, reproduction de phonèmes avec support visuel et visuel et dictée phonologique.
  • Niveau lexical-sémantique. Reproduction d'automatismes et de dénominations par confrontation visuelle et auditive.
  • Niveau syntaxique Utilisation des mots «joker» et circonlocutions.
Autres types d'expression

Utilisation des gestes et des onomatopées. Par exemple, le patient choisit une image et doit la décrire par des gestes tout en émettant une onomatopée à deviner par le thérapeute.

Réflexion finale

Progressivement, la recherche scientifique fournit plus de données sur les troubles cérébraux. Des données qui permettront d'améliorer la qualité de vie des personnes affectées par ces types de pathologies. Ce qui est un défi maintenant, peut-être dans quelques années, conduira à une solution plus simple. C'est pourquoi il est si important d'encourager la recherche afin qu'elle puisse avoir un impact sur le bénéfice de chacun.

Bibliographie

  • Aguilar, O., Ramírez, B., Acevedo, J. et Berbeo, M. (2010). Aphasie de conduction à la suite d'un astrocytome anaplasique pariéto-temporooccipital gauche: étude de cas.Universitas Psychologica, 10 (1), 163-173.
  • Arnedo, M., Bebibre, J. et Triviño, M. (2013). Neuropsychologie: à travers des cas cliniques. Madrid: éditorial médical panaméricain.
  • Bernal, B et Ardila, A. (2009). Le rôle du fascicule arqué dans l'aphasie de conduction. Cerveau 132, 2309-2316.
  • Catani, M et Mesulam, M. (2008). Le fascicule arqué et le thème de la déconnexion dans le langage et l'aphasie: histoire et état actuel. Cortex, 44, (8), 953-961.
  • González, V. et Hornauer-Hughes, A. (2014). Aphasie: une perspective clinique. Magazine Hospital Clínico Universitario de Chile, 25, 291-308.